Bibliothèque

Définitions

Allophone

Un-e allophone est un-e locuteur/trice qui, dans un territoire donné, a pour langue maternelle une autre langue que la ou les langue(s) officielle(s) et qui réside habituellement dans ce territoire : par exemple, en Suisse romande, un-e allophone est une personne qui réside en Suisse romande dont la langue maternelle est une autre langue que le français.

Alphabétisation

Le terme englobe les actions, politiques et programmes visant à éradiquer ou, du moins, diminuer l’ampleur du phénomène d’analphabétisme.

Assimilation

L'assimilation (culturelle) est le processus par lequel passe un individu étranger (ou un groupe) pour faire partie d'un nouveau groupe social ; elle s'accompagne généralement d'une assimilation linguistique.

Asymétrie

Dans la relation interprète-migrant-instance officielle, il y a typiquement une relation qui n’est pas équilibrée, dans la mesure où les officiels sont dans une position de force, et le/la migrant-e, quant à lui/elle est dans une situation qu’il/elle ne domine pas. On parle alors d’une relation asymétrique.

Illettrisme

Etat d’un individu qui, ayant appris à lire et à écrire, est dans l’incapacité de comprendre le sens d’un texte simple.

Immigré

Selon la définition adoptée par le Haut Conseil à l'Intégration , un-e immigré-e est une personne née étrangère à l'étranger et résidant dans un pays autre que son pays d’origine. Les personnes nées suisses à l'étranger et vivant en Suisse ne sont donc pas comptabilisées. A l'inverse, certain-e-s immigré-e-s ont pu devenir suisses. La qualité d'immigré est permanente : un individu continue à appartenir à la population immigrée même s'il devient suisse par acquisition. C'est le pays de naissance, et non la nationalité à la naissance, qui définit l'origine géographique d'un immigré.

Intégration

Le processus d’intégration embrasse tous les aspects de la vie d’une société et engage autant les migrant-e-s que la société d’accueil. Les phénomènes migratoires actuels exposent les sociétés d’accueil à des influences culturelles de plus en plus variées. Ces influences peuvent être abordées de façon constructive, tout en préservant la cohérence et l’unité sociale. Les mesures d’intégration ont généralement pour objectif de maintenir ou de rétablir le fonctionnement harmonieux d’une société et de permettre aux personnes qui ont besoin de soutien de participer à terme à la vie économique, sociale et culturelle du pays.

Interprétariat communautaire

Par ce terme, on entend « la transmission par oral d’expressions formulées dans une langue autre vers la langue d’usage dans le milieu ambiant, tout en prenant en considération l’arrière-plan socioculturel des interlocuteurs/trices  ». Pour beaucoup d’allophones, les présupposés ne sont pas les mêmes que ceux d’un résident. L’interprète doit alors faciliter la communication en explicitant des non-dits, c’est-à-dire les aspects socioculturels qui sont liés à des codes et des pratiques culturelles et qui peuvent souvent créer des difficultés de compréhension. Ces difficultés ne se résument pas seulement à des problèmes de langues au sens strict du terme, mais plutôt à une compréhension du contexte de la société d’accueil, d’une part, et du pays d’origine du migrant, d’autre part.

Langue maternelle

La langue maternelle désigne la première langue qu'un enfant apprend. Dans certains cas, lorsque l'enfant est éduqué par des parents ou des personnes parlant des langues différentes, il peut acquérir ces langues simultanément, chacune pouvant être considérée comme une langue maternelle. Il sera alors bilingue.

Médiation culturelle

Les médiateurs/trices culturels informent les migrant-e-s et les professionnel-le-s des services publics -en des termes qui leur sont compréhensibles- des différences culturelles, des règles de fonctionnement des systèmes politique et social suisses et des différentes façons de se comporter. En les informant, les médiateurs/trices jettent des ponts entre les migrants-e-s et les établissements d'éducation ou de conseil. Ils contribuent par exemple à la compréhension entre le médecin et son/sa patient-e, entre l'avocat-e et son mandant, entre l'enseignant-e et les parents. Les médiateurs/trices culturels travaillent à l'organisation et à la réalisation de projets de prévention, de séances d'information pour migrants-e-s dans le domaine de la médiation culturelle. A la différence des médiateurs/trices traditionnels, les médiateurs/trices culturels ne sont pas spécialisés dans la médiation en cas de conflit, ils peuvent prévenir d’éventuels conflits.

Médiateur vs interprète communautaire :

  • Médiateur/trice : personne qui met en lien le bénéficiaire et l’interprète ;
  • Médiateur/trice culturel : il/elle a la responsabilité de la gestion du contenu et de l’interaction dans une situation de face à face ; gère les interactions ;
  • Interprète communautaire : personne qui oeuvre comme interprète d’une langue à une autre et qui, même si elle peut parfois faire une contextualisation, est là pour transposer d’une langue à une autre ce qui a été dit.

Traduction

Les traducteurs/trices sont des spécialistes de la langue qui traduisent des textes par écrit d'une langue de départ dans une ou plusieurs langues d'arrivées. Un-e traducteur/trice peut se spécialiser dans différents domaines, telles que l'économie, la santé, les tribunaux, etc.

©1998-2017 Migralingua|system mcart|Mis à jour: 2013-07-15 09:00 GMT|Notre politique | RSS|